Me connaître

Originaire de l’agglomération Grenobloise, Marie-Noëlle Battistel s’engage pour sa commune de la Salle-en-Beaumont après le tragique glissement de terrain qui frappe le village en janvier 1994.

Élue au conseil municipal en 1995, elle devient maire en 1998. Une confiance que les habitants de sa commune lui ont à chaque fois renouvelée depuis. Ce lien fort avec le territoire et ses habitants est le moteur de son engagement.
 

Chef d’une petite entreprise dans le secteur du transport, elle a toujours souhaité garder un lien avec les réalités quotidiennes du monde du travail. Son engagement au sein de la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale est ancré dans la réalité des petits acteurs économiques de nos territoires.
 

Marie-Noëlle Battistel a longtemps été investie auprès de la jeunesse d’abord dans le milieu associatif et des clubs sportifs notamment dans le domaine du ski, puis en faveur de l’insertion des jeunes au sein de la Mission Locale Alpes Sud-Isère.
 

En 2007, Didier Migaud, alors député de l’Isère, lui propose d’être sa suppléante à l’Assemblée Nationale. Elle accepte et assume sa mission avec passion, en parcourant très largement cette vaste circonscription et en nouant des liens forts avec ce territoire, ses élus, ses acteurs et ses habitants.
 

En 2010, suite à la nomination de Didier Migaud à la présidence de la cour des comptes, elle est élue dans le cadre d’une élection législative partielle.

En 2012, les électeurs lui donnent à nouveau une large majorité en lui confiant la responsabilité de les représenter sur les bancs de l’hémicycle de l’Assemblée nationale.

Femme de gauche, elle travaille au delà des clivages politiques pour servir l’intérêt général au plan local et national.

Élue de terrain elle a également à cœur de défendre notre territoire et de soutenir les habitants, les associations, les acteurs économiques et les élus locaux avec humilité, loyauté et sincérité.

Depuis cinq années, présente et combative à Paris, elle assume sa mission en portant au mieux la parole des habitants de son territoire. Elle défend au quotidien les services publics, l’école, l’emploi ou encore le logement et s’engage pour faire avancer les droits de chacun.
 

Des droits et libertés qui sont au cœur de son engagement, notamment à la Délégation aux Droits des Femmes de l’Assemblée nationale et à l’égalité entre les Hommes et les Femmes dont elle est membre. Cette délégation très active se penche sur les textes examinés au Parlement pour s’assurer qu’ils protègent les Droits des Femmes. Les recommandations qu’elle prescrit sont la plupart du temps reprises dans la Loi.
 

Dans le cadre de ses fonctions, elle a été élue Présidente de l’Association Nationale des Élus de Montagne (ANEM) en décembre 2016, pour porter la voix de la montagne au delà des massifs et des sensibilités politiques. Elle a ainsi travaillé sur l’acte II de la Loi Montagne, qui renforce la reconnaissance des spécificités et des apports de nos territoires de montagne pour la République.
 

Co-rapporteure de la Loi sur la Transition énergétique, une des plus importantes du mandat qui se termine, elle est particulièrement investie pour le développement des énergies renouvelables et en particulier de l’hydroélectricité.